Recevoir le Guide des SCPI
RECEVOIR LE GUIDE DES SCPI
Les 10 pages essentielles à lire avant d'investir en SCPI
* Champ obligatoire. France SCPI respecte votre vie privée et n'utilise vos données personnelles que pour vous fournir les services demandés. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment, comme expliqué dans notre Politique de confidentialité. En soumettant le formulaire, vous autorisez France SCPI à stocker et traiter vos données personnelles pour vous fournir le contenu demandé.
Quel est le meilleur placement immobilier ?

Le placement immobilier est certainement considéré comme une valeur refuge par la plupart des français et il continue d’être particulièrement convoité même en pleine période d’inflation et de remontée des taux d’emprunt. L’investissement dans la pierre est depuis toujours un objectif de vie, quelles que soient les générations. Mais il existe de nombreuses manières de réaliser un placement financier dans l’immobilier, permettant à chacun de réaliser son projet. Voici un guide pour orienter les futurs investisseurs vers le placement immobilier idéal.

Qu’est-ce qu’un placement immobilier ?

Un placement immobilier ou investissement immobilier correspond simplement au fait d’acquérir un bien immobilier dans le but de placer son épargne ou se constituer un patrimoine. Il peut s’agir par exemple d’un appartement, d’une maison ou d’un immeuble. Considéré comme un investissement concret et rentable, l’immobilier sous toutes ses formes est le placement privilégié par les français. Ces derniers préfèrent en effet engager des fonds sur quelque chose de tangible plutôt que sur les marchés financiers, reconnus pour être plus risqués.

L’investissement dans la pierre n’est pourtant pas dénué de risques ou de difficultés. La première étape consiste à savoir quel type d’immobilier choisir. Il en existe en effet plusieurs typologies :

  • L’immobilier résidentiel lié à l’achat d’une résidence principale ou secondaire,
  • L’immobilier locatif correspondant à l’acquisition d’un bien dédié à la location,
  • L’investissement immobilier collectif, à travers la pierre papier ou le crowdfunding
  • L’immobilier de défiscalisation, type de placement créé pour alléger la pression fiscale.

Le placement immobilier résidentiel

L’achat de son logement devient une priorité dès l’obtention d’un emploi stable. Devenir propriétaire assure ainsi la sécurité du logement et permet de se constituer un patrimoine. Cette solution de placement immobilier est privilégiée par les épargnants qui se projettent au moins 5 ans dans la même ville car elle implique :

  • Des frais de notaire qu’il faut pouvoir amortir,
  • Et très souvent, un emprunt dont le remboursement s’étale sur plusieurs années.

Dans un contexte où le prix de l’immobilier est en constante augmentation, il devient très vite rentable d’acquérir son logement plutôt que de le louer.

En revanche, devenir propriétaire implique aussi plusieurs contraintes à prendre en considération. Les freins sont nombreux : l’investisseur doit

  • Effectuer des recherches pour trouver un bien adapté à son projet et à son budget,
  • Obtenir un crédit immobilier,
  • Réaliser des travaux d’aménagement si nécessaire, etc.

En plus de cela, les démarches administratives au moment de l’achat peuvent décourager de futurs acheteurs. Par ailleurs, l’investisseur doit assumer de nouvelles responsabilités et de nouvelles charges financières comme l’entretien de son bien, le paiement de la taxe foncière, etc.

Parmi les français propriétaires de leur logement, seulement 10% d’entre eux détiennent également une résidence secondaire. Cette solution de placement peut s’avérer rentable en fonction des caractéristiques et de l’utilité du bien. Plusieurs questions doivent se poser avant un tel investissement :

  • Le bien sera-t-il occupé régulièrement ?
  • Faut-il envisager des travaux de rénovation ou d’entretien ?
  • L’achat nécessite-t-il un emprunt ?
  • Le bien va-t-il être loué ?

En plus des contraintes inhérentes à l’achat d’un bien immobilier, il faut également s’attendre à un impact important sur la fiscalité. Une résidence secondaire est en effet soumise à une taxe d’habitation plus élevée, calculée selon la valeur locative du bien. Une majoration fixée par la ville allant de 1 à 15% peut également être appliquée.

En conclusion, l’investissement dans une résidence principale ou secondaire est très apprécié par les français de part ses avantages, qui ne sont pas tous rationnels. Mais l’achat immobilier implique également de lourds inconvénients et ne s’adresse pas à tous les épargnants.

L’investissement dans l’immobilier locatif

La seconde solution privilégiée par les épargnants en matière d’immobilier est l’investissement locatif. L’objectif est d’acquérir un bien, le plus souvent un logement, et de le louer. Cette opération permet à la fois d’obtenir des revenus réguliers complémentaires et se constituer un patrimoine. Comme pour une résidence, l’investissement peut être réalisé grâce à l’effet de levier de l’emprunt et la rentabilité peut être importante : entre 2 et 8% en fonction des zones géographiques. Les français sont nombreux à envisager ce placement comme un objet de succession.

Mais attention, comme tout placement, l’immobilier locatif n’est pas sans risques. Contrairement à l’achat d’une résidence principale, l’immobilier locatif expose son propriétaire à de nombreuses difficultés, à commencer par la non garantie du rendement. Le marché locatif souffre en effet de déséquilibres entre l’offre et la demande en fonction des zones géographiques et des parcs d’activités. Dans un secteur où l’offre est supérieure à la demande de logement, le bien peut ne pas être occupé. Au mieux, le propriétaire pourra choisir de réduire le montant du loyer pour réussir à trouver un locataire. Dans les deux cas, l’investisseur n’obtiendra pas la rentabilité espérée au moment de l’achat.

Même si ce n’est pas la priorité d’un épargnant qui achète un appartement, il est pourtant nécessaire de penser à sa revente. Bien qu’il soit possible de le revendre à n’importe quel moment, il n’existe aucune garantie sur le montant de la cession. La capacité à réaliser une plus value est donc très incertaine.

Enfin, tout comme l’achat d’une résidence principale, le propriétaire doit supporter de nouvelles charges :

  • Des frais liés à la détention d’un bien et éventuellement à la délégation de sa gestion (taxe foncière, agence immobilière, etc.),
  • La gestion des locataires : création du bail, encaissement des loyers, trouver de nouveaux locataires en cas de vacances locatives, etc.
  • L’entretien du logement.

En conclusion, l’investissement immobilier locatif demande d’étudier particulièrement le marché et la zone géographique pour optimiser son rendement.

Le placement dans la pierre papier

La pierre papier est une forme d’investissement dans l’immobilier mais qui se distingue par le fait d’être complètement dématérialisé. Plus concrètement, les investisseurs achètent une ou plusieurs parts d’un fonds qui va lui-même se charger d’acquérir un portefeuille de biens immobiliers, en France voire à l’étranger. Les loyers générés par ce patrimoine permettent aux investisseurs de percevoir un rendement. On distingue plusieurs types de pierre papier :

  • L’OPCI (Organisme de Placement Collectif en Immobilier),
  • La SIIC (Société d’Investissement Immobilier Cotée),
  • La SCI (Société Civile Immobilière),
  • La SCPI (Société Civile de Placement Immobilier).

La forme de pierre papier la plus répandue et appréciée des épargnants est la SCPI, comme en témoigne sa collecte de 7,4 milliards d’euros en 2021, un chiffre qui ne cesse de croître chaque année. Côté performances, les SCPI ont servi un taux de distribution moyen, l’indicateur de rendement propre aux SCPI, de 4,49%. Ce rendement n’est pourtant pas exceptionnel puisque cela fait plus de 30 ans que leur rendement annuel moyen est compris entre 4% et 8%, malgré les crises et les fluctuations liées au marché immobilier.

Au-delà du rendement, les SCPI offrent l’avantage d’être accessibles à tous les épargnants contrairement à de l'immobilier classique. Le prix minimum pour y investir est fixé à 200 euros, en fonction des véhicules, via plusieurs méthodes de financement :

  • Au comptant,
  • À crédit,
  • En démembrement de propriété en nue propriété ou en usufruit pour les personnes morales,
  • En versement programmé,
  • Via un contrat d’assurance vie.

La SCPI présente également d’autres avantages significatifs en comparaison avec les investissements en résidence principale ou dédié à la location :

  • L’absence de gestion locative : le patrimoine et les locataires d’une SCPI sont intégralement gérés par sa société de gestion.
  • La dilution des risques : une SCPI détient en moyenne une cinquantaine d’immeubles. En cas de vacances locatives, le rendement est nettement moins impacté qu’avec un seul bien.
  • La diversification : la SCPI sélectionne des biens dits professionnels comme des bureaux, des commerces, des entrepôts logistiques, etc., ce qui permet de diversifier ses sources de revenus et de limiter les risques de pertes en capital.
Tout savoir sur la SCPI

Certaines SCPI offrent également la possibilité de réduire le montant de ses impôts grâce à une loi défiscalisante. En effet, les dispositifs Pinel, Malraux, Denormandie, déficit foncier, etc. sont accessibles en direct en achetant son propre bien ou en passant par une SCPI afin de déléguer la gestion.

Le placement immobilier défiscalisant

Parmi les différents supports d’investissement immobilier disponibles, certains permettent de réduire la pression fiscale. Il existe en effet plusieurs dispositifs défiscalisants mis en place par chaque gouvernement pour encourager l’investissement des épargnants dans les biens immobiliers de logements neufs pour bénéficier d’une réduction d’impôts. Le dispositif le plus couramment utilisé est celui de la loi Pinel, mais on retrouve également, le dispositif Malraux, Déficit Foncier, Denormandie ou la LMNP (location meublée non professionnelle) qui ont chacun leurs caractéristiques. L’objectif est l’achat et la mise en location de ces actifs immobiliers en contrepartie d’un avantage fiscal.

En savoir plus sur le dispositif fiscal

L’investissement immobilier participatif

On distingue un dernier type d'investissement immobilier qu’on appelle également le crowdfunding. Il s’agit d’une méthode de financement participatif qui consiste à collecter un capital pour financer un projet, immobilier ou non. Le financement participatif peut prendre plusieurs formes et s’adresse à plusieurs types d’investisseurs. Le rendement peut atteindre jusqu’à 12% mais le risque de perte en capital est d’autant plus important.

Comprendre le crowdfunding immobilier

Quel placement immobilier choisir ?

L’immobilier offre un large panel de possibilités aux investisseurs, mais tous ne sont pas accessibles et adaptés à tous les projets. Il n’existe aucun investissement immobilier parfait car celui-ci dépend essentiellement de la situation personnelle et patrimoniale de l’épargnant, et de ses objectifs à moyen et long terme.

De manière générale, les investisseurs qui privilégient la sécurité s'orientent naturellement vers l’acquisition de leur propre logement. À contrario, ceux qui privilégient la rentabilité avec un double objectif de rendement et de plus value peuvent opter pour l’investissement d’un appartement dédié à la location, avec toutes les contraintes de gestion que cela implique. Ceux qui souhaitent réduire le montant de leurs impôts peuvent choisir une loi défiscalisante comme le dispositif Pinel en direct ou via une SCPI. Enfin, cette dernière apparaît comme une solution adaptée à quasiment toutes les situations patrimoniales. Acheter des parts de SCPI offre des revenus locatifs sans en assurer la gestion des actifs.

Pour choisir l’investissement idéal, le plus simple est d’être accompagné par un consultant spécialisé dans ce domaine. Celui-ci vous apportera une réponse personnalisée et adaptée à votre situation. Si la solution de la pierre papier vous semble intéressante vis-à-vis de vos objectifs, la plateforme en ligne France SCPI propose un conseil gratuit et personnalisé aux épargnants qui le souhaitent. Les consultants vous aident à choisir votre véhicule de placement et à le financer en accord avec vos objectifs patrimoniaux.

Contacter un expert en pierre papier

Quelques questions fréquentes

Aller plus loin

Pourquoi investir en SCPI ?

Placer ses économies signifie peut-être pour vous « préparer la retraite », ou « mettre de côté pour les études des enfants », ou encore « assurer mon propre avenir financier »...

Pour plus d'informations & de conseils, découvrez notre guide des SCPI.