Les femmes et l'épargne

Par France SCPI, le .
Temps de lecture : 3min30
La Femme est la grande absente de l'épargne et donc de l'investissement. Trop dépensière selon certains ou gestionnaire hors paire qui s'ignore pour d'autres. Essayons de comprendre pourquoi les Françaises ne sont pas considérées à leur juste valeur en termes de gestion financière.
Les femmes et l'épargne
« Femme » + « Argent ». Les premiers résultats du plus célèbre moteur de recherches sont sans appel : plus que tout autre être au Monde, la Femme est attirée par l’argent et ne lui réserve qu’un seul dessein : le dépenser, le claquer, le flamber. D’ailleurs 58% des hommes trouvent les femmes dépensières, selon une enquête de l'Observatoire Caisse d'épargne sur « les femmes, les hommes et l’argent » parue en 2002. Les femmes seraient donc nées et programmées pour une seule chose, exterminer le peu d’économies réalisées par elles même ou leurs maris. Sacha Guitry s’il était encore en vie, rappellerai que : « La réussite, pour un homme, c'est d'être parvenu à gagner plus d'argent que sa femme n'a pu en dépenser ».
Et si tous ces a priori défavorables n’étaient qu’une accumulation de pensées héritées du temps ou la parité n’existait pas ? Et si tout cela était simplement faux ?
Bien décidés à ne pas s’arrêter aux jugements d’un autre siècle, nous relevons ainsi une étude menée en 2015 par le gestionnaire d’actifs américain Blackrock sur les femmes européennes et l’Epargne. Il y apparaît non seulement que les habitantes de l’hexagone sont les championnes d’Europe de l’épargne (60% d’entre elles mettent de l’argent de côté) mais qu’elles dépassent aussi les hommes en France en la matière (qui ne sont que 54% à épargner). Les femmes seraient donc meilleures épargnantes que les hommes. Mais qu’en est-il de l’investissement ? Car épargner est une chose, investir en est une autre…

" Les femmes manquent de confiance dans leur avenir financier"

 En effet, si près de 2/3 d’entre elles épargnent, occupant ainsi la première place européenne, elles ne sont que 25% à investir, soit l’avant dernière place de ce même classement. Alors que se passe t’il entre ces deux étapes de la gestion de leurs revenus ? Selon Stéphanie Fawcett, responsable de l’Etude, ce décalage entre épargne et investissement est principalement dû au fait « qu’elles soient plus conservatrices que les hommes français et qu’elles manquent de confiance en leur avenir financier. Les Françaises sont ainsi seulement 28% à avoir une vision positive de leur avenir financier, contre 40% pour les hommes et une moyenne européenne globale de 49% ».
Pourtant lorsque le Professeur Terry Odean de l’Université de Californie mène une étude pour déterminer qui de la Femme ou de l’Homme est le meilleur investisseur, les performances obtenues par les femmes sont à chaque fois supérieures à celles des investisseurs masculins. Il établit que les hommes, trop confiants, prennent plus de risques contrairement aux femmes qui n’investissent que ce dans quoi elles ont des connaissances. Ainsi à titre d’exemple, les investisseurs en SCPI sont majoritairement des hommes à 90% car les femmes n’investissent qu’en étant sûres du résultat.
 
Tout serait donc une question de confiance en soi et de connaissance des produits. Nous avons donc appelé un célèbre hebdomadaire féminin destiné à un lectorat 30-40 ans, citadine et CSP+, avec des revenus et une situation professionnelle confortable. A la question « pourquoi n’y a-t-il pas de rubrique « argent » dans votre magazine ? », la réponse d’une journaliste résignée est édifiante : « Les annonceurs, ceux qui payent la publicité, ne veulent pas que nous détournions la « cible » de potentiels achats mode qu’elles ne feraient pas si elles plaçaient leur argent » Même dans ce magazine papier et digital, on relègue la Femme à la place de la dépensière. Aujourd’hui, même avec les avancées sociales et technologiques qui aident à la prise de décisions, la route semble encore longue et semée d’obstacles pour que les femmes deviennent investisseurs au même titre que les hommes.

https://francescpi.com/