Cette page est un résumé. Cliquez ici pour voir la version complète.

2019 : Les SCPI cartonnent !

Par France SCPI - Le
Chaque trimestre l’ASPIM et l’IEIF publient les statistiques des fonds immobiliers desquels font partie les SCPI (hors fiscales). Après une année 2018 synonyme de ralentissements pour la pierre papier, ces SCPI reviennent en force pour ce premier trimestre 2019. Ce regain de collecte s’explique notamment par des perspectives très encourageantes sur le marché de l’immobilier locatif de bureaux en France. Les performances décevantes des marchés actions de l’année passée y sont aussi pour quelque chose.

Un niveau de collecte proche du record Le niveau de collecte des 3 premiers mois de 2019 atteint même un niveau exceptionnel avec plus de 2 milliards € s’approchant ainsi du record de collecte qu’avait connu l’année 2017 avec 2,4 milliards €. Il est aussi à mettre en relation avec celui de 2018 qui dépassait à peine les 1,2 milliards €. Soit une progression 2018-2019 de +79% sur la même période. En face de la collecte, un des principaux enjeux pour les SCPI reste d’investir en achetant des biens pertinents pour délivrer de la performance à leur tour. Elles ont donc réalisé 1,6 milliards € d’acquisitions pour ce premier trimestre 2019. Ces investissements ont majoritairement été réalisés dans les bureaux (61%) (A noter que Les Commerces ont représenté 8% de ces acquisitions, la Santé 3% et l’immobilier locatif 1%). Sur un plan géographique, près de la moitié des investissements ont été réalisés en Ile de France (12,7% à Paris intramuros et 33,3% dans le reste de la Région). L’étranger atteint les 33,7% (majoritairement en Allemagne) dépassant ainsi les investissements dans les Régions Françaises (20,25%). La capitalisation des SCPI atteint désormais les 54,31 milliards € à la fin du mois de mars 2019. Cette remontée en flèche de la collecte est donc un très bon signal pour tous les investisseurs particuliers et tous les professionnels confirmant ainsi la confiance accordée aux SCPI depuis plusieurs années. Cette tendance nécessite évidemment de prendre du recul pour voir si celle-ci se poursuit. Rendez-vous donc à la fin du 1er semestre pour confirmer ou infirmer. Car les performances passées ne présagent pas de l’avenir autant qu’une année compte bien 4 trimestres 🤞.

Source: ASPIM / IEIF